Category

Actualité

Appel à projets « Jeunes sortis d’écoles » | CNC

By Actualité

UNE AIDE EXCEPTIONNELLE DU CNC POUR LES JEUNES SORTIS D’ÉCOLE DE CINÉMA :

Appel à projets Jeunes sortis d’écoles

Cet appel à projet vise à soutenir les étudiants qui ont été diplômés en 2019 et 2020 afin de les aider à réaliser leur premier projet professionnel. Pour être éligible à cette aide, le projet doit être porté par un groupe de 2 à 5 personnes diplômées avec au minima un réalisateur ou un auteur.

Les porteurs de projet doivent remplir le formulaire administratif de l’appel à projet sur le site du CNC. Ils pourront alors déposer le dossier de candidature comprenant l’ensemble des documents demandées (Titre, synopsis, présentation du projet, état d’avancement et plan de travail à venir, lien vers un pitch vidéo libre de 3 minutes présentant l’ensemble des porteurs du projet et incluant une mise en œuvre audiovisuelle ou picturale du projet)
Chaque projet fera l’objet d’une sélection au préalable par trois lecteurs. Les lecteurs sélectionnent les porteurs de projet qui seront auditionnés par le jury de la commission plénière. Les porteurs des projets sélectionnés seront alors convoqués à la commission plénière et passeront une auditionde 15 minutes face à un jury. Les auditions se tiendront en visioconférence si les conditions sanitaires ne permettent pas des auditions en présentiel.

La commission sélectionne en tout 100 groupes porteurs de projet sur les trois sessions, de l’année 2021. Les lauréats bénéficieront d’une enveloppe financière forfaitaire de 5 000 € par projet et d’un rendez-vous d’accompagnement par le bureau d’accueil des auteurs et des jeunes professionnels du CNC.

Mathilde Piriou, Chargée de mission Appel à projets « Jeunes sortis d’écoles »
Mathilde.Piriou@cnc.fr
Tél. 01 44 34 38 46

https://www.cnc.fr/professionnels/aides-et-financements/multi-sectoriel/appel-a-projets-jeunes-sortis-decoles_1391739

Appel à projets « Jeunes sortis d’écoles » | CNC

à retrouver sur notre page Facebook

By Actualité

APPEL AUX CINÉASTES
Pour constituer la mémoire cinématographique des gestes de soin, de bienveillance, d’accueil, d’amitié à l’endroit des personnes cherchant refuge aujourd’hui en Europe.
Pour instruire la requête auprès de l’UNESCO et, par la reconnaissance au Patrimoine mondial des actes d’hospitalité, offrir nouvelle protection à ceux-ci.
Pour que se constitue une collection de films-manifestes passés présents et à venir, et que s’institue en octobre à Marseille une cinémathèque à même de les faire retentir.
(Appel aujourd’hui traduit en anglais et italien ; si des traducteurs souhaitent s’en emparer pour le faire franchir d’autres frontières, c’est fantastique





à retrouver sur notre page Facebook

By Actualité

Journée de l’Accueil de l’Exil 👣

Temps fort n°2 :
« Comment le cinéma peut-il faire acte d’hospitalité ? »

⏰ à 14h en salle Armand Lunel
🎬 Projection du film « Demain est si loin » et courts-métrages de « L’Appel pour une hospitalité manifeste »
👤 avec :
> Muriel Cravatte, réalisatrice
> Jean-Michel Frodon, co-fondateur du PEROU (Pôle d’Exploitation des Ressources Urbaines)
> Luc Joulé, directeur artistique de l’association Image de Ville





à retrouver sur notre page Facebook

By Actualité

Demain c’est le lancement de nos tables rondes au Mucem !

à 10h, nous ouvrons le cycle avec les auteurs. Seront présents l’AARSE avec Fulvia Alberti, Jean Christophe Victor, Gesa Mattiez, Cyrielle Faure, Aurelia Barbet, ainsi que Romuald Rodrigues Andrade, Jean Laurent Csinidis (Films de Force Majeure / LPA / Les Producteurs Associés de la Région PACA) et Christian Laget (Direction de la Culture Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur)

à 14h, un premier focus diffuseur avec France 3 Provence-Alpes, en présence de Béatrice Nivois, Caroline Laub, Nogole Khodabandeh, Samuel Peltier, ainsi que Elena Koncke (Direction de la Culture Région Sud) et (Gilles Perez (13 Productions / LPA)

à 16h, le temps de festivals avec la présence de Bruno Jourdan (Forum des Festival / Image de ville), Solange Poulet ( Aflam ), Elisabeth Pawlowski ( Baldanders Films / LPA) ainsi que Charlotte Le Bos-Schneegans et Fanny Grafaut (Direction de la Culture Région Sud)

Inscrivez vous pour recevoir les liens ou le replay : ateliersenmediterranee@gmail.com



à retrouver sur notre page Facebook

By Actualité

L’AARSE participe aux tables rondes organisées par LPA / Les Producteurs Associés de la Région PACA les 11 et 12 mai au Mucem, à l’occasion des Ateliers Cinéma et Audiovisuel en Méditerranée. Rendez-vous en ligne !

Voici le programme commun de Ateliers Cinéma et Audiovisuel en Méditerranée avec Aflam Films Femmes Méditerranée Meditalents et LPA / Les Producteurs Associés de la Région PACA pour les rencontres qui auront lieu au Mucem la semaine du 10 mai avec le soutien de Région Sud Cinéma.

Pour les événements publics de LPA et Meditalents, il sera nécessaire de s’inscrire auprès des deux structures ou de nous contacter par mail pour recevoir les liens



à retrouver sur notre page Facebook

By Actualité
[podcast] 03_POUR UNE HOSPITALITÉ MANIFESTE, Une cinémathèque sans mur / Barnabé Sauvage et Occitane Lacurie
Avec le PEROU – Pôle d’Exploration des Ressources Urbaines, Image de ville, l’AARSE et les voix de Sébastien Thiéry, Luc Joulé, Jean-Michel Frodon, Emmanuel Roy, Elisa Perrigueur, Muriel Cravatte, Régis Sauder, Sepideh Farsi

https://www.debordements.fr/03_Pour-une-hospitalite-manifeste



à retrouver sur notre page Facebook

Le CNC lance une nouvelle aide parcours d’auteur | CNC

By Actualité

Afin de favoriser le travail des auteurs et l’émergence de nouvelles œuvres cinématographiques, le CNC met en place un nouveau dispositif : l’aide au parcours d’auteur.
En 2021, cinquante auteurs, sélectionnés sur la base d’une démarche artistique audacieuse et originale, pourront ainsi bénéficier d’une subvention afin de développer leur projet et de renouveler leur pratique artistique.

Le CNC lance une nouvelle aide parcours d’auteur | CNC

à retrouver sur notre page Facebook

SRF – Société des Réalisateurs de Films

By Actualité

L’AARSE est signataire de cette tribune initiée par le groupe documentaire de la SRF

TRIBUNE
Réconcilions la télévision et le documentaire !

Le regard singulier que les documentaristes portent sur le monde a peu à peu disparu des écrans de télévision au profit de programmes à caractère journalistique. Si bien que ce que l’on appelle aujourd’hui « documentaire » à la télévision s’est progressivement écarté de toute filiation avec le cinéma.

Nous, réalisatrices et réalisateurs de films documentaires, constatons que les chaînes de télévision publique n’accordent quasiment plus aucune place au point de vue de l’auteur. Celles-ci ne cherchent plus à révéler ni œuvres, ni subjectivités, leur privilégiant une normalisation des formes et des récits. Nous déplorons d’être acculés à réaliser des contenus formatés au commentaire explicatif. Nous désapprouvons d’être dans l’obligation de scénariser à l’avance nos projets alors que, plus encore que dans les autres genres cinématographiques, un documentaire s’écrit au présent. Nous refusons de réduire notre perception sensible du monde à des « sujets ». Nous allons à la rencontre du réel pour que ce réel nous change, pour que se transforme l’idée que l’on pouvait s’en faire avant de le filmer.

En dehors de quelques cinéastes reconnus et de rares niches télévisuelles de résistance, notre désir de création n’est plus respecté. Nous n’avons plus la latitude d’expérimenter ni de travailler sur un temps long comme l’exigent les repérages, le tournage et le montage de nos films, alors qu’un film s’écrit à chacune de ces étapes. Nous n’avons plus la possibilité de réaliser des œuvres libres et singulières. Nous n’arrivons plus à exercer correctement notre métier.

Certes, il existe encore quelques espaces de diffusion pour le cinéma documentaire : 25 nuances de doc sur France 2, L’Heure D sur France 3, La Lucarne et le Grand Format sur Arte. Mais ces cases sont programmées à des heures tardives. Et surtout, elles sont rares : L’Heure D n’est diffusée que l’été, La Lucarne ne pré-achète au grand maximum qu’une demi-douzaine de films français par an et le Grand format d’Arte, 5. En 2021, ces objectifs déjà dérisoires seront réduits de moitié en conséquence de la pandémie. Les chaînes Public Sénat et LCP coproduisent elles-aussi quelques documentaires d’auteurs, mais leurs enveloppes budgétaires sont si faiblement dotées…

Quant au cinéma de patrimoine, quelle est la dernière fois que les téléspectateur.trice.s ont pu voir un film de Johan Van der Keuken, de Frederick Wiseman ou de Dziga Vertov ?

En 1987, un label « documentaire de création » avait été mis en place pour caractériser le travail des auteur.trice.s. La Commission Nationale de la Communication et des Libertés (CNCL, ancêtre du CSA) le définit alors comme un film « qui se réfère au réel, le transforme par le regard original de son auteur et témoigne d’un esprit d’innovation dans sa conception, sa réalisation et son écriture. Il se distingue du reportage par la maturation du sujet traité et la réflexion approfondie, la forte empreinte de la personnalité d’un réalisateur et (ou) d’un auteur ».

À l’heure où le débat public est polarisé, où la joute verbale et le buzz l’emportent sur l’analyse, nous pensons que le cinéma documentaire a toute sa place à la télévision. Le public partage ce souhait, comme l’attestent l’engouement pour le documentaire sur les plateformes qui lui sont dédiées, ainsi que les nombreux spectateurs adeptes des festivals. Le Cinéma du réel qui s’ouvre à Paris le 12 mars en est un exemple significatif.

En effet, quel genre artistique plus pertinent pour saisir le réel dans sa complexité ? Et quel vecteur plus adéquat que la télévision pour ouvrir ces espaces de réflexion critique et d’émotion esthétique au plus grand nombre ? Dans la période inédite que nous traversons, ce besoin nous paraît plus criant que jamais.

Aujourd’hui, nous demandons la réactivation d’un label pour le film documentaire permettant de le distinguer de l’enquête, du magazine et du reportage, assorti d’engagements de pré-achats, de coproductions, d’achats et de diffusion sur les chaînes publiques.

Afin que l’art du documentaire retrouve une place de choix à la télévision, nous sollicitons un rendez-vous pour aborder ces différents chantiers, aux directions de programmes d’Arte et de France Télévisions, au CSA et au CNC, sous l’égide du ministère de la Culture.

Rien n’est vrai, tout est vivant
(Édouard Glissant)

SRF – Société des Réalisateurs de Films

à retrouver sur notre page Facebook

« Pour une hospitalité manifeste » au festival Cinéma du Réel

By Actualité

 

L’AARSE est partenaire de l’appel à films « Pour une hospitalité manifeste » du PEROU – Pôle d’Exploration des Ressources Urbaines et Image de ville.

Cet appel fera l’objet d’une séance le mardi 16 mars à 20h30 au Cinéma du réel – Festival international du film documentaire dans la sélection « Front(s) Populaire(s) – À quoi servent les citoyens ? ». Cette séance, diffusée en ligne comme tout le festival, proposera une sélection de contributions suivie d’une table-ronde.

Nous vous renouvelons notre invitation à y participer ! Courts gestes de cinéma et de résistance, films autonomes ou simples séquences, créations originales ou fragments provenant de rushes voire de films déjà réalisés, le PEROU – Pôle d’Exploration des Ressources Urbaines et Image de ville attendent toujours vos contributions pour constituer une collection de films témoignant de ce qui se construit, s’invente, s’affirme, à la rencontre des personnes migrantes aujourd’hui en Europe.

 

 

à retrouver sur notre page Facebook