Monthly Archives

mars 2020

Bel Horizon

By Panorama (confiné) No Comments

// Panorama (confiné) des cinéastes de l’AARSE //

Bel Horizon
Un webdocumentaire de Daniela Lanzuisi, Charlotte Penchenier et Sophie-Charlotte Gautier (Têtes de l’art, 2017)

Explorez dans tous ses recoins la tour Bel Horizon, immeuble de grande hauteur du 3ème arrondissement, à la rencontre de ses habitants et à la découverte de son histoire.

bel-horizon.net

Brève de Marsactu au sujet du webdoc, avec un lien vers un article pour aller plus loin.

Passer l’hiver

By Panorama (confiné) No Comments

// Panorama (confiné) des cinéastes de l’AARSE //

Passer l’hiver
un film de Aurélia Barbet (2013) 73′

Une station service. Deux femmes. L’hiver. Des trajets. Du quotidien. Et puis une prise de risque. L’hôtel en bord de mer. Un pas de côté. L’enquête. La Lada rouge. La plage. La mort qui travaille les vivants. Un mouvement et une suspension. La fille brune. L’amour. Une histoire de liens qui se tissent.

Plus t’appuies, moins j’ai mal

By Panorama (confiné) No Comments

// Panorama (confiné) des cinéastes de l’AARSE //

Plus t’appuies, moins j’ai mal
un film de Jean Boiron Lajous (2019) 33′

Billie et Coco, graines de zadistes, hors-la-loi à huit ans, vivent en autonomie dans une forêt où les pouvoirs publics interdisent la construction de cabanes. Jamais à l’abri de la découverte de leur repaire par les Grand Méchants CRS et leur bulldozer, ils construisent au jour le jour leur utopie du soin mutuel et de l’échappée belle, entre maladies qui ne tuent pas et rendent plus forts, et transes filmées au ralenti et rythmées par la bande-son pop. Moments de liberté arrachés, toujours à recommencer.

L’écume des mères

By Panorama (confiné) No Comments

// Panorama (confiné) des cinéastes de l’AARSE //

L’écume des mères
un film de Severine Mathieu (2009)

Pendant 2 ans, j’ai demandé à quatre femmes marseillaises de me raconter un souvenir concernant la relation à leur mère.
Elles pouvaient s’appuyer sur un objet, une image mentale, ou une photo.
Je les ai écouté élaborer le court récit de ce souvenir et la façon dont l’Histoire collective était entrée dans l’intimité de cette relation.

“L’écume des mères” entrelace ces histoires de filles,
de filles qui vivent et revivent des moments partagés avec leur mère…
des souvenirs familiaux qui viennent s’inscrire dans la cité.

Les mères sont vues par leurs filles.
D’une histoire à l’autre, on entre dans le jeu qui les unit : l’élan, la pulsion faite d’attirance et de répulsion.

Les yeux fermés

By Panorama (confiné) No Comments

// Panorama (confiné) des cinéastes de l’AARSE //

Les yeux fermés
un film de Clément Dorival (2010)

En Islande, au coeur de l’hiver, Reykjavík est plongée dans une nuit profonde. A l’approche de Noël, des nuées de bougies illuminent la ville. Dans ce climat étrange et poétique, les défunts tissent des liens avec les vivants. Une jeune femme, Arndis, attend le signe que sa grand-mère lui avait promis. Arnar cherche à retrouver la femme qui l’a aimé. Deux médiums, Skuli et Maggy, les accompagnent dans leurs quêtes. Ce film montre la complicité qui unit les morts aux vivants dans la société islandaise : une alliance où chacun a besoin de l’autre pour exister.

 

Tu seras communiste, mon fils!

By Panorama (confiné) No Comments

// Panorama (confiné) des cinéastes de l’AARSE //

Tu seras communistes, mon fils!
un film de Jean-Christophe Victor (2002) 52′

Le réalisateur revient vers sa famille, et plus précisément auprès de son père, militant communiste depuis plus de 60 ans. Quoi de plus complexe qu’une relation entre un père et un fils ? Le film est une quête familiale et « politique » sur la transmission et la filiation, pour peut-être… enfin parler d’Amour…

Rencontre avec le réalisateur Christian Philibert

By Panorama (confiné) No Comments

// Panorama (confiné) des cinéastes de l’AARSE //

Rencontre avec le réalisateur Christian Philibert
un film de l’association Images et paroles Engagées (2016) 19′

2016, aux Variétés, pour la sortie de son dernier documentaire, Christian Philibert évoque sa manière de faire du cinéma, à la limite du documentaire et de la fiction, et nous raconte l’aventure de « Massilia Sound System, le film ».