Jean Boiron-Lajous

Jean Boiron Lajous est un jeune auteur réalisateur Marseillais. En 2012 il réalise son film de fin d’étude à l’Université d’Aix-Marseille La mémoire et la mer. En 2015 il termine Terra di nessuno, son premier long métrage documentaire, sélectionné notamment en compétition au FID Marseille et produit par Loïc Legrand. Il développe aujourd’hui deux nouveaux films, une fiction et un documentaire.

En parallèle, il a été assistant de réalisation à Zeugma Films, (Amin Maalouf – origine, Sylvie Crossman – créer résister), sur la série Agnès de-ci de-là Varda, pour les expositions photos Les Bouches-du-Rhône d’Agnès Varda et Sous la mer un monde d’Alain Bergala. Entre 2012 et 2017, il a été l’un des coordinateurs et programmateurs de « La Première Fois », festival de premiers films documentaires à Aix-en-Provence et Marseille.

filmographie

  • Paroles de bandits (titre provisoire), documentaire en développement, Prima Luce

Depuis la fermeture de la frontière entre la France et l’Italie en 2015, la vallée de la Roya est devenue le symbole de l’insoumission. Les migrants bloqués à Vintimille continuent de passer en déjouant barrages et contrôles, et certains habitants de la vallée les aident malgré l’interdiction.
Dans cette enclave où des migrants espèrent atteindre un avenir meilleur, la solidarité des habitants devient un acte de résistance. Paroles de bandits raconte l’histoire de cette vallée à travers le récits de celles et ceux qui sont ou ont été dans l’illégalité pour faire respecter des droits fondamentaux.

  • Zone À Défendre, moyen métrage de fiction, en production, Prima Luce (co écrit avec Elina Gakou-Gomba)

Billie et Coco, 8 ans, sont indestructibles. La loi qui interdit de faire des cabanes, ils la défoncent à coup de pelle. N’ayant nulle part où aller, ils défendront leur zone. Mais la forêt est rude, leurs forces incertaines et le danger partout.

C’est un film de l’ordre du conte qui raconte à quel point les cabanes racontent le monde d’aujourd’hui : la cabane des enfants, celles des plus fragiles, celles des utopistes. Surtout, à quel point elles cristallisent les passions : elles sont subversives, toujours détruites par l’autorité et reconstruites.

  • Terra di Nessuno, 65′, Prima Luce, 2015

Compétition Fid Marseille 2015, Compétition festival Filmer le travail, compétition Festival International de Documentaire de Moscou, CEME doc Mexique…