Monthly Archives

juin 2019

Polygone étoilé : NAAIS et ADDOC s’associent au communiqué de l’AARSE

par l’ | Actualité | Pas de commentaire

Communiqué de l’AARSE

Nous réagissons à l’appel d’urgence annonçant la fermeture du Polygone étoilé, faute de soutien suffisant de la part du Conseil régional Sud-PACA et du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône.

En tant qu’association régionale d’auteurs-réalisateurs, nous tenons à apporter notre soutien et à rappeler le rôle essentiel qu’un lieu tel que le Polygone a pu jouer dans la faisabilité et la visibilité d’un grand nombre de films.

Le lieu accueille des démarches de création diverses, quelle que soit leur provenance, pour un simple échange, une numérisation, du matériel de tournage, une projection publique ou une projection de travail, voire un accompagnement complet dans les étapes de post-production d’un film… À ce titre il joue un rôle essentiel dans les rouages de la production. Le bilan de l’association Film Flamme – Polygone étoilé n’est plus à prouver.

À l’heure où le Conseil régional organise une grande concertation pour « structurer la filière », et nous sollicite pour réfléchir aux moyens de soutenir la création et la production, nous réaffirmons la nécessité de préserver aussi l’existant qui se traduit par tous ces lieux de réflexion, de production, de diffusion du cinéma, tel que le Polygone étoilé.

Les liens entre l’AARSE et le Polygone étoilé ont toujours été étroits : nous organisons depuis plusieurs années des temps d’échange et de débat lors de la Semaine asymétrique. En 2015 nous y avons organisé les premières Assises de la création cinématographique indépendante, rassemblant à Marseille les associations d’auteurs régionales de la Boucle documentaire, ainsi que l’ACID, la SRF, Addoc. C’est évidemment sans compter l’accueil répété de nos réunions et le soutien inconditionnel de nos activités.

Nous perdons certes un partenaire. Mais en acceptant la fermeture du Polygone étoilé, en tant qu’élu-e-s vous entérinez surtout la disparition :

  • d’une salle de cinéma,
  • de deux salles de montages (dans une période où tous les professionnels s’accordent à dire qu’il y a un déficit en région),
  • d’un outil de numérisation des supports analogiques,
  • d’un espace où les films peuvent être fabriqués librement dans un contexte de production toujours plus difficile.

En tant que professionnels résidants et exerçant en région, nous soulignons en permanence la nécessaire implication des associations dans nos activités (éducation à l’image, prêt ou location de matériel, accompagnement à l’écriture…), tout en étant complémentaires avec les dispositifs de l’industrie audiovisuelle et cinématographique. Et puis en terme d’équilibre territorial, les associations demeurent des endroits où la création n’est pas une affaire d’élites !

L’AARSE participe activement à la concertation régionale, nous sommes témoins que tous les acteurs s’accordent à défendre qu’il faut valoriser et coordonner ce terreau local. Il est question depuis deux mois de « soutien aux auteurs », de « maison du cinéma », de « décentralisation », « résidence », « transmission », « patrimoine », « émergence »… Tous ces termes trouvent des réponses possibles au Polygone étoilé. Il y aura toujours d’autres solutions à inventer, est-ce que cela doit forcément se faire en écrasant celles qui font leurs preuves ?

C’est dans le prolongement logique de tous ces constats que nous appelons les élu-e-s du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône et du Conseil régional Sud-PACA à revoir leurs conclusions concernant les baisses de financement votées afin de permettre à l’association Film Flamme – Polygone étoilé de sortir de la précarité vécue ces dernières années et de mener à bien ses activités.

AARSE – Association des auteurs réalisateurs du Sud-Est
NAAIS – Association des auteurs de l’image et du son en Nouvelle-Aquitaine
ADDOC – Association des cinéastes documentaristes

Communiqué de soutien au Polygone Etoilé

par l’ | Actualité | Pas de commentaire

Nous réagissons à l’appel d’urgence annonçant la fermeture du Polygone étoilé, faute de soutien suffisant de la part du Conseil régional Sud-PACA et du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône.
En tant qu’association régionale d’auteurs-réalisateurs, nous tenons à apporter notre soutien et à rappeler le rôle essentiel qu’un lieu tel que le Polygone a pu jouer dans la faisabilité et la visibilité d’un grand nombre de films.

Le lieu accueille des démarches de création diverses, quelle que soit leur provenance, pour un simple échange, une numérisation, du matériel de tournage, une projection publique ou une projection de travail, voire un accompagnement complet dans les étapes de post-production d’un film… À ce titre il joue un rôle essentiel dans les rouages de la production. Le bilan de l’association Film Flamme – Polygone étoilé n’est plus à prouver.

À l’heure où le Conseil régional organise une grande concertation pour « structurer la filière », et nous sollicite pour réfléchir aux moyens de soutenir la création et la production, nous réaffirmons la nécessité de préserver aussi l’existant qui se traduit par tous ces lieux de réflexion, de production, de diffusion du cinéma, tel que le Polygone étoilé.

Les liens entre l’AARSE et le Polygone étoilé ont toujours été étroits : nous organisons depuis plusieurs années des temps d’échange et de débat lors de la Semaine asymétrique. En 2015 nous y avons organisé les premières Assises de la création cinématographique indépendante, rassemblant à Marseille les associations d’auteurs régionales de la Boucle documentaire, ainsi que l’ACID, la SRF, Addoc. C’est évidemment sans compter l’accueil répété de nos réunions et le soutien inconditionnel de nos activités.

Nous perdons certes un partenaire. Mais en acceptant la fermeture du Polygone étoilé, en tant qu’élu-e-s vous entérinez surtout la disparition :

  • d’une salle de cinéma,
  • de deux salles de montages (dans une période où tous les professionnels s’accordent à dire qu’il y a un déficit en région),
  • d’un outil de numérisation des supports analogiques,
  • d’un espace où les films peuvent être fabriqués librement dans un contexte de production toujours plus difficile.

En tant que professionnels résidants et exerçant en région, nous soulignons en permanence la nécessaire implication des associations dans nos activités (éducation à l’image, prêt ou location de matériel, accompagnement à l’écriture…), tout en étant complémentaires avec les dispositifs de l’industrie audiovisuelle et cinématographique. Et puis en terme d’équilibre territorial, les associations demeurent des endroits où la création n’est pas une affaire d’élites !

L’AARSE participe activement à la concertation régionale, nous sommes témoins que tous les acteurs s’accordent à défendre qu’il faut valoriser et coordonner ce terreau local. Il est question depuis deux mois de « soutien aux auteurs », de « maison du cinéma », de « décentralisation », « résidence », « transmission », « patrimoine », « émergence »… Tous ces termes trouvent des réponses possibles au Polygone étoilé. Il y aura toujours d’autres solutions à inventer, est-ce que cela doit forcément se faire en écrasant celles qui font leurs preuves ?

C’est dans le prolongement logique de tous ces constats que nous appelons les élu-e-s du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône et du Conseil régional Sud-PACA à revoir leurs conclusions concernant les baisses de financement votées afin de permettre à l’association Film Flamme – Polygone étoilé de sortir de la précarité vécue ces dernières années et de mener à bien ses activités.

Le Collège solidaire de l’AARSE